La diversité des langues au cœur du développement durable

Ludwig Wittgenstein est l’auteur de cette phrase célèbre : « les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. »

Même dans une société mondialisée comme la nôtre, les mots du philosophe ont un accent de vérité. Lorsqu’on ne comprend qu’une seule langue, on ne peut, en réalité, comprendre qu’une seule manière d’être. Si l’on veut vraiment pénétrer une autre culture, il faut en comprendre la langue.

Chez ESL, nous sommes convaincus qu’apprendre une langue en immersion totale est le meilleur moyen de s’imprégner de la culture associée à cette langue, de sorte que ce que l’on apprend va bien au-delà du vocabulaire et de la grammaire. Lorsqu’on est capable de parler une langue, de lire les journaux locaux, de suivre les conversations dans un bar, de comprendre l’humour du pays, avec toutes ses nuances… c’est alors que l’on comprend vraiment tous les bénéfices de l’apprentissage en immersion. Avec les locaux ou les amis des quatre coins du monde rencontrés sur place, apprendre une langue est un véritable plaisir.

Selon Krister Weidenhielm, Responsable Produits chez ESL : « un monde ouvert exige une culture ouverte. Il ne s’agit pas de créer une culture unique. Au contraire, le patrimoine mondial, formé par l’ensemble des différences culturelles issues de notre diversité linguistique, est un écosystème vivant avec lequel nous devons composer, une biodiversité qu’il nous faut protéger. »

Apprendre une langue, c’est se lancer un défi à soi-même et c’est aussi « penser autrement » – deux attitudes essentielles pour créer un avenir durable. De plus, l’aspect humain du développement durable n’est rendu possible que grâce à une compréhension mutuelle et un partage des idées et des expériences.

Sans un langage commun, la compréhension mutuelle est difficile. Mais cela ne signifie pas pour autant que tout le monde devrait se contenter d’apprendre une langue véhiculaire comme l’anglais, le français ou l’espagnol.

La diversité des langues est une richesse sans laquelle nous risquons d’aboutir à une pensée unique et l’histoire nous en a montré, à maintes reprises, les dangers.

Une langue, c’est une grammaire et un lexique, bien sûr, mais c’est aussi une histoire. Quand une langue s’éteint, c’est tout un pan d’histoire qui risque de disparaître avec elle. Et chaque jour, des langues disparaissent à travers la planète…

Les langues amérindiennes s’éteignent progressivement en Amérique. Remplacées par les langues des colonisateurs, les langues des Aborigènes d’Australie connaissent le même sort. Mais ce phénomène ne s’observe pas seulement dans les anciennes colonies. Pour des raisons différentes, le cornouaillais, le breton et le mannois (langue gaélique parlée sur l’Ile de Man), trois langues minoritaires parlées dans un petit coin d’Europe occidentale, sont en danger de disparition. Apprendre les langues, c’est donc prolonger leur vie.

Si la plupart des langues que nous proposons à ESL ne courent aucun risque d’extinction dans un avenir proche, songez un instant à tous les bénéfices humains que vous retirerez de l’étude d’une langue en immersion. Nos étudiants qui reviennent d’un séjour linguistique à l’étranger nous disent souvent qu’ils ressentent un attachement particulier pour le pays dans lequel ils sont partis. C’est une chose que de nombreux membres de notre équipe, ayant eux-mêmes vécu des expériences à l’étranger, peuvent confirmer. Lorsqu’on part en séjour linguistique à l’étranger, on apprend bien plus qu’une langue.

Print Friendly