10 étapes pour surmonter votre peur de parler une langue étrangère

Certaines personnes n’ont aucun mal à rentrer dans une conversation en langue étrangère : quelques mots de vocabulaire, une bonne dose de confiance et une gestuelle enthousiaste leur suffit. Pour beaucoup d’entre nous, en revanche, les premières conversations sont souvent les plus terrifiantes.

Voici quelques conseils pour vous aider à comprendre et à surmonter votre peur de parler une langue étrangère.

Comprendre votre peur

De quoi avez-vous peur, au juste ? Bien souvent, l’angoisse de parler une langue étrangère vient d’une peur de l’échec ou d’une crainte d’être jugé de façon négative.

Peut-être vous est-il déjà arrivé de laisser échapper des mots bizarres ou inhabituels lors d’un entretien d’embauche ? Dans ce cas, la peur de l’échec ou du jugement est probablement en cause. Le stress empêche le cerveau de fonctionner normalement en réduisant sa capacité à traiter le langage en temps réel. Si vous devez, en plus, faire l’effort de parler une langue étrangère, avec une grammaire et un vocabulaire nouveaux, vous risquez la « panne » de cerveau.

Pour lutter contre le stress, demandez-vous ce que vous ressentez lorsqu’un étranger fait l’effort de parler votre langue : le jugez-vous de façon négative ?

Travailler sur ce qui vous bloque

Lorsqu’on n’a pas l’habitude d’avoir une conversation en langue étrangère, notre cerveau a besoin d’un certain temps pour traiter l’information qui nous parvient, la traduire, réfléchir à une réponse et la traduire. Cela demande bien plus de réflexion que de parler dans sa langue maternelle.

Vous avez du mal à vous exprimer ou à comprendre ce qu’on vous répond ?

Bien souvent, on se retrouve dans la deuxième situation – incapable de comprendre la réponse de son interlocuteur – ce qui a ensuite un impact sur la façon dont on répond.

Heureusement, il existe de multiples façons d’améliorer sa compréhension orale, et par là même, son expression orale.

Entraîner votre oreille

Lorsqu’on apprend une langue étrangère, il est normal de ne pas tout comprendre. Au début, il arrive d’ailleurs qu’on ne comprenne pas grand chose.

Consommer des médias en langue étrangère est un excellent moyen d’entraîner l’oreille, mais aussi de préparer l’expression l’orale en améliorant son vocabulaire et sa prononciation. Cependant, l’écoute seule ne remplacera jamais la conversation active.

Même si vous écoutez ou regardez régulièrement des médias en langue étrangère, l’effort intellectuel est bien plus important lorsqu’il s’agit de tenir une conversation dans cette langue. En effet, il faut non seulement comprendre ce que l’on vous dit, mais aussi l’analyser et formuler une réponse, ou chercher un moyen de trouver l’information dont vous avez besoin.

Ne pas chercher à être parfait

On ne devient pas bilingue sans passer par le stade du « baragouinage » à un moment de son apprentissage. Plus tôt vous commencerez à parler, plus vite vous gagnerez en aisance à l’oral.

Certes, il est parfois frustrant de s’entendre faire des erreurs, mais la frustration laisse très vite la place au plaisir de parler la langue sur le long terme.

Sourire

Vous serez bien mieux reçu si vous abordez une personne avec le sourire. Ca ne coûte rien et ça fait toujours plaisir !

Privilégier les conversations en tête-à-tête

Souvent, lorsque plusieurs personnes de même langue maternelle se retrouvent pour discuter, la conversation s’accélère et se complexifie. Les conversations en tête-à-tête sont plus faciles à suivre. Grâce aux leçons privées en « one-to-one », vous pourrez converser en tête-à-tête avec un professeur de langue qualifié tout en profitant de ses conseils.

Si vous voulez parler avec un inconnu, la clé, c’est de ne pas trop y penser. Il faut agir sur le moment: plus on réfléchit, plus c’est difficile. Lorsqu’on voyage ou qu’on apprend une langue en immersion, les plus belles aventures commencent souvent par une conversation avec un inconnu.

Contrôler la vitesse de conversation

Si vous parlez lentement et clairement, cela incitera votre interlocuteur à parler lentement et clairement en retour.

Ne pas se laisser décourager

Certains de vos interlocuteurs seront plus patients que d’autres, plus indulgents, ou tout simplement plus doués pour comprendre les accents étrangers. Ne vous laissez pas décourager par certaines réactions désobligeantes: dans ce cas, le problème, c’est eux, pas vous.

Se faire la main avec des sujets récurrents

Les mêmes conversations reviennent très souvent dans la vie de tous les jours. Quand on commande un plat au restaurant ou des boissons au bar, par exemple, ou quand on fait ses courses, la plupart des interactions s’en tiennent à une routine établie.

Si vous n’êtes pas encore très à l’aise à l’oral, ces conversations récurrentes sont un excellent moyen de commencer à interagir dans la langue que vous étudiez. De plus, les personnes qui cherchent à vous vendre quelque chose sont en général plus patientes avec vous.

En dehors de ces rencontres très codifiées, vous vous ferez sans doute aussi abordé par des locaux, qui, dès qu’ils entendront votre accent étranger, seront curieux de savoir d’où vous venez, pourquoi vous apprenez leur langue, etc. Ces conversations vous aideront à gagner en confiance à l’oral pour passer ensuite à des sujets plus larges.

Plus on parle de langues, plus c’est facile

Une fois que vous parlerez couramment une langue étrangère, vous aurez moins peur d’en parler une autre. Certes, vous aurez toujours la frustration de devoir chercher vos mots au début, mais vous saurez que vous en êtes capable.

Comment s’est passée votre première conversation en langue étrangère ?

Crédits photo: torbakhopper HE DEAD (CC BY-ND 2.0), Tambako The Jaguar (CC BY-ND 2.0)
Print Friendly