Doublage: la pire chose pour apprendre une langue ?

Vingt-cinq ans après la chute du Rideau de fer, l’Europe est à nouveau divisée. En France, en Espagne, en Allemagne, en Autriche, en Suisse et en Italie, presque tous les films étrangers et émissions télé sont doublés dans la langue du pays. A l’inverse, en Scandinavie, aux Pays-Bas, au Portugal, au Royaume-Uni et dans les Pays Baltes, tous les programmes sont diffusés en langue originale sous-titrée.

Bienvenue dans le grand débat « doublage versus sous-titrage » !

Au vu du temps que nous passons à regarder des films et des séries à la télé, il n’est guère surprenant que ce débat suscite tant de passion, que l’on soit pour ou contre le doublage. Selon un rapport de la Commission Européenne intitulé « Les Européens et leurs langues », une personne venant d’un pays où l’on pratique le doublage préfèrera généralement le doublage, tandis que quelqu’un qui a grandi avec le sous-titrage aura tendance à défendre cette deuxième option.

Finalement, vaut-il mieux doubler ou sous-titrer ? Voici cinq arguments en faveur de chacune des deux options :

5 raisons qui font que le sous-titrage, c’est bien et le doublage, c’est nul:

1. Les sous-titres, c’est l’idéal pour apprendre une langue

Le sous-titrage vous permet d’être en contact avec deux langues simultanément, que vous regardiez un film sous-titré dans la langue que vous apprenez ou dans une langue que vous parlez déjà. Pour encore plus d’efficacité, mettez à la fois la bande son et les sous-titres dans la langue que vous apprenez.

2. Les pays qui pratiquent le sous-titrage sont (généralement) meilleurs en langues étrangères

En règle générale, les pays qui diffusent des émissions TV anglophones en version originale sous-titrée ont un meilleur niveau d’anglais à l’oral que les pays qui doublent tout. Le fait d’entendre parler anglais à la télé est particulièrement utile pour améliorer sa prononciation et sa compréhension orale.

3. Le doublage ne permet pas toujours de rendre les subtilités de la langue

C’est le problème de la traduction en général, mais en occultant complètement la langue originale, il arrive que l’on perde toute la finesse de certaines répliques. Avec les sous-titres, vous ne comprendrez peut-être pas exactement tout ce que les acteurs disent mais…

4. Jouer, ce n’est pas seulement bouger son corps

Tout du moins, plus depuis l’arrivée du cinéma parlant dès la fin des années 1920. On ne perçoit pas tout le talent des acteurs lorsque leur voix est doublée. Vous ne trouvez pas ça bizarre de voir des gens parler avec la voix de quelqu’un d’autre ? De voir vos acteurs préférés s’exprimer dans une voix étrange et étrangère ?

5. L’impatience est récompensée

Si vous êtes absorbé par l’histoire et que vous avez hâte de connaître la suite, les sous-titres vous permettront d’anticiper un peu…

5 raisons qui font que le doublage, c’est bien et le sous-titrage, c’est nul:

1. Les sous-titres, c’est pas pratique

« Lire et regarder un film sont deux choses complètement différentes. Si je veux lire, je prendrais plutôt un bouquin. » Les sous-titres prennent de la place sur l’écran et il est difficile de les lire tout en suivant l’action à l’écran.

2. Certains films sont bien meilleurs doublés

Prenons l’exemple des dessins animés : les sous-titrer n’a aucun sens. Ceux qui apprennent une langue devraient être capables de suivre un film Disney dans cette langue, d’autant plus s’ils le connaissent déjà bien dans leur langue maternelle.

Et puis, on peut aussi s’amuser à lire sur les lèvres des acteurs…

3. Cela donne du travail aux acteurs

Certains acteurs sont connus comme étant la voix doublée d’acteurs anglophones. Et comme les studios aiment garder une certaine cohérence, les « doubleurs » sont assurés d’avoir du boulot pendant toute la carrière de l’acteur !

4. La plupart des gens ne regardent pas des films pour apprendre une langue

Lorsqu’on apprend une langue, on ne regarde pas les films de la même manière qu’un spectateur normal. La plupart des gens cherchent à s’immerger dans un autre monde pendant une ou deux heures et le sous-titrage crée une barrière à cette immersion. Le contre-argument serait de dire que le sous-titrage permet au spectateur de développer ses compétences linguistiques jusqu’à ce qu’il parvienne à s’immerger pleinement dans la langue originale (c’est sans doute là une expérience d’immersion bien plus authentique)

5. Euh… qu’est-ce que vous en pensez ?

Crédits photographiques: Daniel Oines via cc
Print Friendly